Equateur: la justice refuse la liberté sous caution à un Suédois lié à Assange

La justice équatorienne a refusé mercredi la libération sous caution d’un ressortissant suédois, Ola Bini, lié au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, et accusé d’attaques contre des systèmes informatiques. La juge Yadira Proaño a déclaré qu’elle «rejette la demande de caution» déposée par la défense du Suédois, à l’issue d’une audience de plus de deux heures. Elle a argué qu’«il n’y a pas eu de collaboration» à l’enquête de la part de l’inculpé, âgé de 36 ans et placé en détention préventive.

» LIRE AUSSI — Pourquoi l’Équateur s’est retourné contre Julian Assange

La magistrate a ajouté que le parquet n’avait donc pas pu identifier la victime éventuelle ni les dommages causés par l’attaque présumée contre des systèmes informatiques, un crime passible de cinq ans de prison en Equateur. L’avocat du ressortissant suédois, José Charry, a dénoncé «une atteinte aux droits» de son client, estimant qu’il «est victime du pouvoir de l’Etat».

«Le parquet n’a pu identifier les victimes parce qu’il n’a pas fait son travail» et il n’a pas été expliqué à Ola Bini ce qui lui est précisément reproché, a affirmé l’avocat. Et «cependant on enquête sur ses finances, sa vie, son travail (…) Ce n’est pas justifiable dans un Etat de droit», a-t-il ajouté. Le Suédois a été arrêté alors qu’il tentait de quitter l’Equateur pour le Japon le 11 avril, le jour où Quito a retiré l’asile à Julian Assange, qui était réfugié depuis 2012 dans son ambassade à Londres.

Le gouvernement équatorien avait ensuite dénoncé le fait qu’un proche du fondateur de WikiLeaks était impliqué dans un plan de déstabilisation du président, Lenin Moreno. Début mai, Julian Assange, 47 ans, a été condamné à 50 semaines de prison par un tribunal britannique pour violation de ses conditions de liberté provisoire. Puis la justice américaine l’a inculpé en vertu des lois anti-espionnage à la suite de la publication en 2010 par WikiLeaks de milliers de documents militaires et diplomatiques. L’Australien risque en outre un mandat d’arrêt européen à son encontre pour un viol présumé commis en Suède la même année.

Источник: Lefigaro.fr

Источник: Corruptioner.life

Share

You may also like...